Rechercher dans ce blog

Follow by Email

samedi 16 juin 2018

THE CHAMELEONS - Strange Times

Geffen Records – 9 24119-1
15 septembre 1986


The Chameleons (appelé The Chameleons UK aux USA) est un groupe origine de la banlieue nord de Manchester dont la naissance remonte à 1981. Leur premier album Script Of The Bridge (1983) est aujourd'hui considéré comme une pierre angulaire du mouvement post-punk anglais. En 1985, le groupe publie un second album What Does Anything Mean? Basically et l'année suivante Strange Times qui est le troisième et dernier opus du groupe à l'époque, car après le décès de leur producteur Tony Fletcher, le groupe se sépare.

Bien que musicalement ancré dans la mouvance "new wave" des eighties, The Chameleons puise ses influences dans les années 60 et 70. Mark Burgess était un fan des Beatles, de T-Rex et de David Bowie. The Who était le groupe favori de Reg Smithies et Dave Fielding, et le batteur John Lever était fan de Genesis et de groupes équivalents. Ajouté à cela l'influence de The Damned et du punk en général, cela aboutit à des compos énergiques et mélodiques, aux colorations parfois psychédéliques. Ce qui est remarquable également c'est la qualité d'écriture de Mark Burgess, poétique et mélancolique. 

Ce vinyle (que je possède en pressage allemand) était disponible en deux versions : pochette aux contours bleus ou roses. L'inner sleeve est entièrement noire. Le graphisme de la pochette est une nouvelle fois l'oeuvre de Reg !






La réédition US en version CD avec 5 titres bonus est tout à fait intéressante car elle propose une version du titre "Tears" en "full arrangement". On y trouve également deux covers, "John, I'm Only Dancing" de Bowie, et "Tomorrow Never Knows" des Beatles.



Basse, Voix – Mark Burgess aka Birdy
Batterie, Percussion – John Lever
Guitare – Reg Smithies
Guitare, Strings – Dave Fielding

dimanche 10 juin 2018

DAN AR BRAS - Allez Dire A La Ville

Hexagone / Disc AZ - WEA 883 021

Daniel Le Bras qui allait devenir Dan Ar Braz sort son premier album "Douar Nevez" (Terre Nouvelle) en 1977. Dans la même veine, parait l'année suivante "Allez Dire A La Ville", un album qui est à nouveau une ode à la Bretagne, avec toujours ce jeu de guitare inspiré, aussi bien en acoustique qu'à l'électrique.

L'auteur des textes est le poète breton Xavier Grall, extraits du recueil "La Sône des Pluies et des Tombes".
...Terre dure de dunes et de pluies
c'est ici que je loge
cherchez, vous ne me trouverez pas
c'est ici, c'est ici que les lézards
réinventent les menhirs
c'est ici que je m'invente
j'ai l'âge des légendes
j'ai deux mille ans...
Dan est ici entouré d'instrumentistes prestigieux : le musicien traditionnel Patrig Molard (cornemuse), Michel Santangeli (batterie) qui avait oeuvré auprès d'Alan Stivell, Benoit Widemann (piano, claviers), Francis Mose (basse, piano) tous deux ex-membres de Magma et Guy Delacroix (basse) qui travaillera pour un grand nombre d'artistes de la chanson française....



En 1992, il rendra à nouveau hommage à Xavier Grall en regroupant toutes ses compositions dédiées à ce poète, dans un album intitulé "Xavier Grall chanté par Dan Ar Braz"
« C'est en 1977 que j'ai découvert la poésie de Xavier. Ce fut un réel choc et les musiques sont venues tout de suite tant l'urgence de les chanter me hantait. Ces "chansons" se sont donc retrouvées sur mon deuxième album "Allez Dire à la Ville" et d'autres un peu plus tard sur l'album "Acoustic". J'ai toujours rêvé de pouvoir toutes les réunir avec quelques inédits sur un même album. Voilà qui est fait. » 

samedi 31 mars 2018

GENTLE GIANT - Gentle Giant



Peu d'artistes parviennent à un tel mariage musical (hard-rock, pop, folk, jazz, classique) sans tomber dans l'excès ou la caricature. Hormis le titre plus faible "Isn't It Quiet and Cold" qui clôt la face 1 et, éventuellement, "Funny Ways" qui fait retomber la pression, tout ce que proposent ces musiciens multi-instrumentistes est une réussite parée d'éclectisme. Ce premier album n'est qu'une mise-en-bouche. Le talent de GG se confirmera au fil des albums encore pendant quelques années.

3e pressage 1973
1er pressage UK (1970)
L'original anglais parait en 1970 sur le mythique label Vertigo (# 6360 020). Un second pressage toujours en Vertigo Swirl arrive la même année, avec un label partiellement différent. Et toujours la même faute sur le titre "Alucard" (devenu "Alcard"). Un troisième pressage Vertigo (Spaceship) sera mis sur le marché en 1973.

Cet album n'a (à ma connaissance) jamais été édité aux Etats-Unis dans un format vinyle.
Pressage Italie 1970
Pressage Mexique 1971
Pressage Vénézuela 1972

mercredi 20 décembre 2017

THE MANDRAKE MEMORIAL - Puzzle

Wah Wah Records WDLX001
Pressage : GZ Digital Media
Edition limitée à 1000 copies, 180 gram
Espagne, 2009


A l'origine, The Mandrake Memorial est un groupe formé à la fin de 1967 pour se produire dans un club de Philadelphie, The Trauma. Il est constitué autour du chanteur-guitariste Michael Kac, rejoint par le batteur J. Kevin Lally. Kac a ensuite recruté un jeune guitariste, Craig Anderton, qu'il avait vu au sein d'un groupe de l'université de Pennsylvanie appelé The Flowers of Evil. Enfin, Lally a convaincu son ami Randy Monaco, bassiste et chanteur de The Novae Police, de déménager à Philadelphie pour les rejoindre.

Mandrake a ouvert pour The Doors, Big Brother et la Holding Cie, Frank Zappa & The Mothers of Invention, Moby Grape et Strawberry Alarm Clock, entre autres, et est apparu à la télévision avec Pink Floyd. Bientôt, Le Mandrake se produisit dans des clubs comme le Boston Tea Party, le Psychedelic Supermarket, le Electric Circus, le Café A Go Go de New York, le Second Fret et le Main Point. Manny Rubin les a fait signer chez Poppy Records, le nouveau label de musique expérimentale de MGM Records. Leur premier album éponyme s'est vendu à plus de 100 000 exemplaires, principalement dans les régions de Philadelphie, New York et Boston. Un second album, Medium, a été achevé au début de 1969 et acclamé par la critique.

Kac (et son Rock-Si-Chord) quittent le groupe après Medium, à cause de différences musicales, et à l'été 1969, le trio restant se rend en Angleterre pour enregistrer un album acoustique avec le célèbre producteur Shel Talmy.


De retour à Philadelphie, le groupe commence à travailler sur un nouvel album, façonnant certaines des chansons de leur album acoustique refusé par leur maison de disques. Ils font alors équipe avec le producteur new-yorkais Ronald Frangipane, qui leur permet d'utiliser un orchestre et de compléter les chansons avec une chorale complète, une chorale d'enfants et une production plus élaborée.

Sans contexte Puzzle est l'oeuvre la plus élaborée du Mandrake. Elle s'écoute comme un album concept, navigant entre psychédélisme baroque ("Bucket Of Air") et ambiance religieuse ("Kyrie"). Les orchestrations ne viennent jamais supplanter les compositions du trio; elles s'unissent entre elles pour former un ensemble cohérent et original.


Puzzle fut considéré comme un chef-d'oeuvre de rock progressif, mais vu le coût de réalisation assez important, il ne fut pas rentable. Il a cependant recueilli des éloges critiques, notamment de la part du chef classique Seiji Ozawa dans l'édition du 23 mai 1970 du magazine Billboard :"I love this recording. With some recordings, I can listen to only one selection, but this recording I love to hear from the very beginning, from the first note to the last." (J'adore cet album. Avec certains albums, je ne peux écouter qu'un seul titre, mais celui-ci j'aime l'écouter depuis le début, de la première note à la dernière). Fusion, une importante publication de musique rock à l'époque, a ajouté que c'était "une symphonie de l'esprit, l'un des albums les plus importants de la décennie à venir." Le groupe a enregistré un single de plus, une reprise de "Something In The Air" de Thunderclap Newman. Face à l'insuccès, le trio se sépare définitivement.




Craig Anderton - guitares 6 et 12 cordes, sitar, Coral sitar, modulator
Randy Monaco - voix, basse
J. Kevin Lally - batterie, timpani

/// A collectionner ///

Original vinyle : Poppy Records PYS-40,006 Stereo, fin 1969
CD = Collectables Records COL-0693, 1996 (dubbed from vinyl)

jeudi 15 juin 2017

LE 45 TOURS INTRIGANT #9 - Pop Orchestra - Quick And Quick EP

Pop Orchestra ‎– Quick And Quick EP
Libet ‎– 3370
Date Inconnue

Peu de choses à dire sur cet EP, sur son histoire et celle de son groupe. On peut croire le groupe Mâconnais, d'après les infos à l'arrière de la pochette. C'est leur unique enregistrement paru, certainement publié à la toute fin des années soixante voire début soixante dix.

Quatre chansons instrumentales jouées sous le signe du groove jazz. "Futuring", la dernière, nous offre une ligne de basse ronde et une section cuivre pleine de peps. Le solo de batterie donne une complémentarité qui rend ce morceau très intéressant.

Les six membres auront donc signé là leurs quatre et uniques chansons. Cet EP n'a pas accédé à une grande renommée avec le temps, mais saura titiller les collectionneurs amateurs d'obscurités.

A1: Quick And Quick
A2: Cincinnati Kid
B1: On Ne Vit Qu'Une Fois
B2: Futuring

Membres:

G. Tirreau 
A. Serrand
B. Large
R. Legate
B. Di Domizio 
F. Di Domizio

samedi 27 mai 2017

SPOT - Spot

Ohrwaschl Records ‎– OW VINYL 04
Réédition, Gatefold
Allemagne
Date : 2016

Original :
Evasion Disques ‎– E A 100 301
France
Date : 1971

L'album éponyme de Spot est l'un des plus rares de la scène rock suisse de la décennie 70. Sorti sur le label Evasion (créé par Gaston Schaefer et François Vautier) en quelques centaines d'exemplaires uniquement destinés aux fans du groupe, il est aujourd'hui négocié aux alentours de 1.000 € sur la toile.
Cet album vivement recherché fit l'objet d'une réédition non officielle dans les années 80, limitée à 500 exemplaires numérotés présentés dans une pochette différente simple (voir ci-dessous).

Spot était composé de deux membres suisses, le batteur Philippe Dubugnon et le bassiste André Jungo, du chanteur grec Pavlo Pendacki et du guitariste britannique John Woolloff. Seul ce dernier a fait une carrière internationale dans la musique aux côtés d'artistes aussi variés que Patrick Moraz, Catherine Lara, Francis Cabrel ou Daniel Balavoine. Excellent guitariste déjà en 1971, il est le maillon fort du groupe, distillant ses riffs rageurs à coup de wha-wha dans un mix de hard-rock et de blues vaguement psychédélique. Les autres musiciens ne sont malheureusement pas à la hauteur, notamment un Pavlo Pendecki pas très convaincant, au chant approximatif, surtout lorsqu'il cherche à calquer les stars de l'époque (Robert Plant, Ian Gillan...).

back cover
Un graal pour les collectionneurs de raretés seventies. Une curiosité pour d'autres. Cette édition Ohrwaschl en provenance d'Allemagne (certainement non officielle) reproduit à l'identique l'édition Evasion dans sa version originale gatefold, additionnée de deux titres bonus (un sur chaque face).

Réédition non officielle - Années 80

Basse – André Jungo
Batterie – Philippe Dubugnon
Guitare lead, Voix – John Woolloff
Voix, Claviers – Pavlo Pendacki

THE SOUND - Thunder Up

New Musidisc - 2367
Décembre 1987
France

Viré du label Korova (qui avait préféré faire la promo d'Echo & The Bunnymen), abandonné par Laurie Dunn patron de Statik Records (qui s'est envolé vers son Australie natale avec les masters des trois derniers albums!), en 1987 The Sound n'a plus de label. Mais les belges de Play It Again Sam arrivent au secours du groupe. Vu le succès rencontré auprès des publics belges et hollandais, il est presque logique que ce mariage là ait eu lieu un jour.

Pour les sessions d'enregistrement de ce dernier album, aux manettes des studios Elephant à Londres, on retrouve l'ingénieur du son de "Jeopardy", Nick Robbins. La boucle est bouclée. Et c'est plutôt pour le plus grand bonheur de nos oreilles puisque le résultat est réussi. Même si le groupe s'est apaisé, que le côté rugueux, presque punk n'est plus, on retrouve dans cet album l'énergie de The Sound telle qu'on pouvait l'entendre en live à l'époque (cf. le 2xLP "In The Hothouse" sorti en 1985).

Colin Mayers - Graham Bailey - Michael Dudley - Adrian Borland
La face A démarre avec un hymne, "Acceleration Group", qui rappelle dans sa structure et son énergie le titre d'ouverture, "Winning", de l'album "From The Lions Mouth". Changement d'ambiance, plus apaisée, avec le titre suivant, "Hand Of Love", dans lequel on ressent les influences du Velvet Underground.
7" Hand Of Love - 1987
Le troisième titre se fait plus classique et on voyage au Portugal vers le "Barria Alta" (en réalité Barrio Alta - la place haute), un night-club de Lisbonne où le groupe aimait se rendre. Vient ensuite le tubesque "Kinetic". Titre très entrainant, avec une tension palpable, dans lequel on retrouve toute l'énergie live du groupe.

7" Iron Years - 1987
"Iron Years" ferme la face A. Plus posé, parsemé de synthés "cuivrés", il représente la facette pop de The Sound, qu'on entendait déjà dans l'album studio précédent "Heads and Hearts".

Face B, "Prove Me Wrong" est une pure signature du groupe : Rythmique pulsative, claviers sautillants, chant un peu nerveux. "Shut Up and Shut Down" est, lui, plus introspectif, mystérieux, avec cette alternance de noir et blanc si représentative du quatuor anglais.
Vient ensuite un morceau que j'aime beaucoup, "Web of Wicked Day". La voix d'Adrian Borland, dans un registre grave, se fait mélancolique et nostalgique. Ce titre peut rappeler l'ambiance de "Closer" de Joy Division, avec plus de légèreté. "I Give You Pain" porte encore davantage de tristesse, celle de la souffrance amoureuse, de la solitude, dans une ambiance presque Velvetienne. "You've Got A Way" cloture cette face B, qui s'affiche plus sombre, plus revêche. Les dernières paroles de "Thunder Up" sont presque prémonitoires :

Won't you take me back again
Won't you let me in again
Don't want to be so pure
But I don't want to go insane
I have tried but I am still starring into a space
Only you can fill with a smile that could say
Send your troubles on their way
You've got a way to shoot the night right through with the light of the day
You've got a way, he-hey, you've got a way

Malheureusement l'état de santé mental d'Adrian Borland s'est aggravé pendant ces dernières sessions d'enregistrement. Il finit par être hospitalisé et est diagnostiqué souffrant d'un trouble schizophrénique affectif, ce qui entraine chez lui des symptômes de trouble bipolaire (dépression, manie) et des symptômes d'une schizophrénie. Autrement dit une situation incompatible avec la vie de musicien de rock.

Le groupe se sépare donc quelques mois après la sortie de Thunder Up, et une tournée (écourtée) aux Pays-Bas.

On mesure tout le chemin parcouru par ces quatre musiciens, en huit d'existence, et sept albums (dont un double live). Et malgré l'état de santé très fragile de leur leader, ils ont réussi ce dernier pari. Ils ont toujours relevé la tête malgré l'adversité. Malheureusement, The Sound n'a jamais marché commercialement. From The Lions Mouth s'était vendu à 100.000 exemplaires. Celui-ci certainement moins, car il n'avait pas vraiment bénéficié d'une promotion à l'époque, et il faut aussi être honnête, il n'en atteint pas le niveau artistique.

A noter que les remastérisations CD des trois albums initialement sortis sur Statik Records ont du être faites à partir des vinyles car les masters n'existent plus. Laurie Dunn, pris de remords, les avait retournés depuis l'Australie, mais les Douanes anglaises les ont détruits.

Le CD du coffret Edsel contient quatre bonus :
Iron Years (version 7"single edit), I Give You Pain (live - Face B du 7" Iron Years), Fall Of Europe (Face B du 12" Iron Years), Such A Difference To Me (Face B du 7" Hand of Love).

Back cover
Pressage France/ New Musidisc - 2367
Inner Sleeve
 Inner Sleeve

Le vinyle et sa version CD (coffret Edsel)
Original Belgique / Play It Again Sam Records ‎– BIAS 53

12" Iron Years - 1987 press. Canada - Nettwerk ‎- NT12 3015
Adrian Borland - Guitares et chant
Colvin "Max" Mayers - Claviers et guitares
Graham Bailey - Basses
Michael Dudley - Batterie et percussions